France-Antilles parle de Navett’Nou, votre navette à la demande !

SOURCE : Article de France Antilles par H. Sébastien.

Nous sommes fières et heureux de partager avec vous l’article dont nous faisons l’objet dans le journal France-Antilles.

Mylène Moreau n’avait pas imaginé vivre une si belle aventure en lançant, en juillet dernier, son activité de transport de personnes, de Grand-Rivière au Lorrain. Le succès est tel que deux autres véhicules sont en cours d’acquisition pour l’ouverture d’une nouvelle ligne en direction de Saint-Pierre.

La réussite de ce nouveau système de transport est telle que tous les financeurs qui avaient refusé d’apporter à Mylène Moreau leur aide pour l’achat de son premier véhicule, ont finalement décidée de prendre le train en marche. « Conscients eux aussi du besoin, tempère Mylène Moreau, Initiatives Martinique m’a accordé un prêt d’honneur, la CTM m’a donné une subvention, BPI France-CTM, ainsi qu’une banque (La Bred) m’ont accordé un prêt ». Ainsi, deux véhicules supplémentaires viendront renforcer la flotte de la société Navett’Nou, dès le mois prochain. Une nouvelle ligne sera ouverte en direction de Saint-Pierre, « car la demande est déjà forte », affirme Mylène Moreau qui cite l’exemple de cette Bouillonaise qui hésitait à postuler pour un poste à Saint-Pierre, par crainte des difficultés de transport.

« Nous avons fait un carton durant les vacances, nous avons été saturés de demandes. Lors de certaines rotations, il manque des places. Alors j’ai décidé de faire de nouvelles demandes d’aide pour l’acquisition d’un autre véhicule. Le concept marche tellement bien que le neuf places, ce n’est pas suffisant. Mais la capacité qui m’a été délivrée est pour un neuf places. De plus, ce type de véhicule peut être conduit par le titulaire d’un simple permis B (voiture légère). Il faut aussi dire que le bus n’est pas rempli à toutes les rotations », explique l’entrepreneur de transport.

À la demande
Navett’Nou effectue six rotations par jour, trois le matin et trois l’après-midi. Le premier départ est à 6heures à Grand-Rivière, direction Lorrain après un détour par Ajoupa-Bouillon. Le dernier bus est à 18 heures, au départ du Lorrain, terminus à Grand-Rivière. Deux Riverains ont été embauchés en tant que chauffeurs. La société propose également du transport occasionnel, partout à la Martinique et à toute heure. « Il suffit de réserver », indique Mylène Moreau. À Grand-Rivière et à Ajoupa-Bouillon, c’est quasiment du porte-à-porte qui est proposé aux clients.

« J’étais consciente du potentiel de ce projet pour avoir vécu ces difficultés de transport. C’était très contraignant pour moi, mère célibataire, avec mes enfants qui devaient se rendre, tous les matins, dans la commune voisine de Macouba. J’exerce mon métier d’infirmière libérale à Grand-Rivière et je ne pouvais pas commencer avant 7 heures. Cela me mettait en difficulté avec mes patients ». De cette difficulté a germé une idée. En août 2017, après une formation de trois mois, Mylène l’infirmière obtient son habilitation de gestionnaire de transport. En octobre 2017, la Deal lui accorde son autorisation d’exploitation. Juillet 2019, les premières rotations sont lancées, suite à l’achat d’un véhicule, sur ses fons propres. Et à voir la mine rayonnante de la Riveraine, on comprend facilement qu’elle s’épanouit dans cette nouvelle aventure. Pour l’instant, la dynamique jeune femme parvient à concilier des deux métiers d’entrepreneur de transport et d’infirmière libérale, mais elle n’exclut pas l’idée d’embaucher une secrétaire, en cas de besoin.

Ils ont dit
« Je suis un client régulier » Emile Chadet
« J’utilise ce bus pour tous mes déplacements. Les Riverains ont plus d’affinité avec la côte Atlantique, mais il y a une forte demande pour Saint-Pierre aussi, en passant par Ajoupa-Bouillon et Morne-Rouge. »

« Ça nous sauve » Bernard Chemin
« Ça nous sauve vraiment ! Tout le monde l’a adoptée. C’est une très bonne initiative. Elle est arrivée tard, mais elle est arrivée quand même ».

« Super ! » Théodore Léopoldie
« C’est super ! Avant, on était obligé de faire de l’auto-stop. On rencontrait les pires difficultés à sortir de la commune ; maintenant nous sommes libres de circuler ».

 

Téléchargez l’article de France Antilles >

Contactez-nous

  • Navett'Nou
    14 avenue du Général de Gaulle
    97218 Grand-Rivière

  • 0696 829640

Newsletter